Brésil – Dieu et le diable au pays de l’injustice

En 2013, les dépenses liées à l'organisation de la Coupe du Monde de Football au Brésil ont déclenché une vague de protestations de la part des communautés les plus pauvres. L'État avait utilisé la sécurité de la Coupe du Monde comme prétexte pour exproprier les habitants des favelas autour des grandes villes. Le pays a été le théâtre de manifestations massives et de grèves durant des mois.

Si les tensions semblent être retombées durant le Mondial, la fin de la coupe et les travaux des J.O. de Rio 2016 marqueront peut-être le départ de nouvelles manifestations. Malgré les cas de corruption qui ont ébranlés l'environnement politique et économique, Dilma Rousseff a été réélue pour un second mandat le 26 Octobre 2014 après une campagne en demi-teinte, avec la promesse de combattre la corruption.

 

Filipe Paçanha // Rio de Janeiro

Filipe Paçanha

Felipe, 25 ans, milite au sein du groupe «Midina Ninja», une organisation de presse indépendante qui fit sensation en diffusant en direct les actes et les violences de la police. Felipe fut arrêté pendant une manifestation, et l'enregistrement réalisé par ses amis «Ninja» sur ses conditions de détention se répandit comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux.

Tatiane Ribeiro // São Paulo

Tatiane Ribeiro

A 25 ans, «Tati» comme ses amis l'appellent, est membre de Juntos! («Ensemble!») un mouvement de gauche qui vient en aide aux organisations communautaires dans les quartiers populaires et les favelas. Cette féministe vit avec sa mère et travaille comme réceptionniste dans une auberge de jeunesse. Elle pensait se lancer dans le journalisme avant qu'un échange étudiant en France la décide à se tourner vers des études de gastronomie.

Share – Partager

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn